vendredi 30 décembre 2011

Des modèles ornementaux du XVIe siècle au service de la rénovation de maisons en pans de bois à Troyes


N°51 rue Emile Zola, Troyes
  A la fin de l’été 2002 était achevée la restauration-rénovation d’un ensemble de deux maisons aux numéros 51 et 53 de la rue Émile Zola de Troyes. Leur état avait suscité un travail intéressant de rénovation conduite par l’architecte André Colomès et mise en œuvre par les « Charpentier de Troyes » d’Erwin Schriever. 

Rez-de-chaussée du 51 rue Emile Zola
  Sous l’habillage du rez-de-chaussée, les charpentiers avaient fait une découverte : les restes d’une ancienne porte gothique du XVIe siècle. N’ayant pu être reconstituée, les vestiges étant insuffisants pour lui redonner sa forme originale, une nouvelle porte fut conçue par les soins d'Anthony Carreras, de l’Agence des Bâtiments de France de Troyes, s’inspirant d’une autre encore existante au n°27 de la rue Raymond Poincaré, réalisée par le sculpteur sur bois Jacques Chéreau. 

Portes gothiques au 51 rue Emile Zola et au 27 rue Raymond Poincaré
  Les restaurateurs se montrèrent plus hardis en demandant à ce même sculpteur de tailler sur la poutre au-dessus de la vitrine au n°51 de la rue Émile Zola un décor inédit, à ce jour inconnu à Troyes mais répandu en France, une corde tenue à chaque bout par la gueule d’un loup, ou engoulant. 
  En architecture, l'engoulant est la sculpture d'une tête monstrueuse (dragon, griffon, loup, chien...) à l'extrémité d'une poutre ou d'une colonne et qui semble avaler cette dernière. C’est un ornement ancien, remontant à l’époque romane. Un tel motif décoratif était-il légitime à Troyes ? En existait-il des exemples autrefois ? Rien ne permet de l'affirmer.


Dessus de vitrine au n°51 de la rue Emile Zola de Troyes

Un loup "engoulant" au n°51 de la rue Emile Zola

  Inconnu jusqu’alors à Troyes, l’engoulant n’est pourtant pas absent de la région. Il existe un rare cas d’engoulant, sinon unique, à Chaource. La première maison au sud des "allours" de la place du marché, au chevet de l’église, offre un riche décor sculpté sur les sablières : engoulants multiples avalent moulures et sarments de vigne desquels pendent des grappes de raisins, autre décor inconnu à Troyes et qui fut sculpté en 2006 sur les sablières d’une maison sur place du Marché au Pain, cette maison reconstruite en double encorbellement par le charpentier Jean-Louis Valentin.


Troyes, maison place du Marché au Pain
  On trouve sur les sarments des sablières de la maison chaourçoise d’autres ornements tels que des petits médaillons avec portraits masculins et féminins, et de petits animaux tout droit sortis d’un bestiaire médiéval. 

Les allours de la place du marché de Chaource

Une sablière avec engoulants et sarment de vigne

Engoulants d'une sablière, détail

  Si certains peuvent parfois contester de telles innovations dans des restaurations à Troyes, tels les sarments sculptés sur des sablières (http://www.auboisementcorrect.com/La-place-du-marche-au-Pain-a,134.html), l’utilisation de tels décors n’étant pas attestés à Troyes, il est sans doute encore plus regrettable que ces ornements récents et d’autres motifs sculptés à notre époque contemporaine servent de base à l’illustration d’études sur l’évolution de l’ornementation des pans de bois aux XVIe et XVIIe siècle (http://lailletsabine.free.fr/ornementation.htm). 


  Un inventaire complet et une  étude de l'ornementation sculptée sur les pans de bois serait nécessaire, faisant la part de ce qui est récent et de ce qui est authentique afin d’éviter toutes confusions, et conclusions hâtives et hasardeuses. 

Détail du décor d'une sablière, allours de Chaource.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire